Accueil ::> Disciplines ::> Italien ::> Choisir l’Italien LV3

Choisir l’Italien LV3

lundi 1er avril 2019

Choisir l’Italien LV3

L’Italien LV3 est proposé à l’entrée en Seconde aux débutants en option. Il s’agit de 3 heures de cours hebdomadaires.

Avec la réforme du baccalauréat, les élèves pourront poursuivre leur option en Première et Terminale.

Au Lycée Charles de Gaulle :

- L’expérience montre que les élèves disposent au bout de trois ans de travail régulier, d’un bon niveau de langue. Cet enseignement sera inclus dans la moyenne parmi les notes du contrôle continu. Il sera possible de la choisir en LV2 au bac.

- Chaque année un échange scolaire est proposé aux italianistes de Première. Après 10 ans d’échange avec un lycée de Padoue, puis 4 ans avec un lycée de Bologne, et 2 ans avec Venise, nous avons pour partenaire cette année le Lycée classique Gian Domenico Romagnosi de Parme.

Lien n°1 : Quelques photos de nos échanges scolaires : 2018 avec Venise et 2019 avec Parme

Echanges scolaires Parme 2019 et Venise 2018

Dans l’académie :

- 4453 élèves ont choisi cette langue dans l’académie de Caen à la rentrée 2018 et parmi eux 1101 en LV3. Il y a 44 professeurs d’italien dans 30 collèges et 30 lycées.

Lien n°2 : Plaquette diffusée par l’APIAC (Association des Professeurs d’Italien de l’Académie de Caen)

Lien n°2 : Plaquette 2017

- La langue est enseignée dans le supérieur, notamment à l’université de Caen : http://www.unicaen.fr/lve/

- Chaque année nous recevons des mails d’anciens élèves du lycée se trouvant en Italie pour un stage intégré dans leur cursus, une année Erasmus, ou un premier emploi. Le choix de la langue d’un pays transfrontalier au même titre que l’Allemagne et l’Espagne se révèle très orientant et offre de nouvelles opportunités d’avenir.

Pourquoi apprendre l’italien ?

Quelques arguments :

- l’italien est une langue de culture. Roberto Benigni rappelait lors des festivités des 150 ans de l’Unité Italienne, que c’est le seul pays où la culture est née avant que le pays n’existe (il est né en 1861).

- et quelle culture ! Il recèle un patrimoine inestimable (60% du patrimoine artistique européen) : il est le pays qui détient le plus grand nombre de biens inscrits à la liste du patrimoine mondial de l’humanité.
- En apprenant l’italien, les élèves consolident leurs connaissances en français par comparaison.
- L’italien est la 4e langue enseignée en France et la première LVC (ex. LV3). L’apprentissage de l’italien et de l’espagnol ne comporte aucune contre-indication pour des lycéens qui travaillent leurs deux langues régulièrement. Au contraire, l’apprentissage de la troisième langue s’appuie sur des compétences déjà acquises en LV1 et LV2 et dans ce contexte les élèves progressent très vite jusqu’au niveau B1 du CECRL (Cadre Européen Commun de Référence).
- l’Italie est la 2e puissance industrielle européenne et la 9e puissance économique mondiale. Elle excelle dans les domaines de la mode, du design, des technologies de pointe, de l’agroalimentaire, de l’art… Elle est le deuxième partenaire commercial de la France. Ajoutons à cela que le déficit commercial de la France dans ce domaine incite les entreprises françaises à mieux exporter vers l’Italie. Pour cette raison, faire figurer cette langue dans son curriculum ne peut que donner plus de chances d’intéresser un employeur.

L’italien, pour un profil original

- « L’apprentissage de l’italien est sous-représenté dans l’Hexagone alors que l’Italie est un partenaire commercial de premier plan pour la France où les entreprises italiennes sont particulièrement bien implantées », indique la consultante. Là encore, maîtriser une langue que peu d’entre vous pratiquent peut s’avérer un choix judicieux. (Hélène Galerne, consultante dans le cabinet de conseil en recrutement Lincoln – 2016)

L’Italie c’est aussi

- le sport :

- un savoir-vivre et d’innombrables traditions régionales (histoire, cuisine, coutumes, musique...)

- un grand cinéma : voici une fiche distribuée aux élèves de Première

Lien n°3 : Fiche films

Lien n°3 : Films Première

Chiffres récents (Source : douanes françaises, 2015)

Légende : pays frontaliers (couleur unie) / pays non frontaliers (couleur hachurée)

Extraits de la transcription de la conférence de presse conjointe du Président de la République Emmanuel Macron et Paolo Gentiloni à Rome le Jeudi 11 janvier 2018

[...] "La relation que nous avons développée je crois ces derniers mois a permis de beaucoup faire avancer d’une part les perspectives bilatérales mais aussi les perspectives européennes. Paolo GENTILONI fait partie des tous premiers dirigeants que j’ai vus après avoir été élu et il m’a rendu visite le 21 mai dernier. Évidemment nous nous entretenons de manière extrêmement régulière en marge et entre les Conseils européens et nous avons tenu à Lyon le 27 septembre dernier un sommet franco-italien qui a là aussi acté des avancées et dans le cadre duquel nous continuons à travailler.

Cette relation a permis je crois à nos ministres de mettre en œuvre des feuilles de route communes avec des projets phares que sont le Lyon-Turin, STX, notre coopération navale sur lesquels parfois depuis plusieurs années nous tâtonnions et où un cap a été donné et une avancée maintenant très claire se fait avec un esprit de respect mutuel et de travail en bon ordre. Moi je veux dire combien la relation équilibrée forte entre nos deux pays est à mes yeux structurante.

[...] C’est pourquoi dans cet esprit, alors même que la relation bilatérale est forte, vivace et ne nous a pas attendus, qu’elle soit économique, culturelle, politique, décentralisée, nous avons souhaité lui donner une forme politique nouvelle.

L’objectif de ce traité du Quirinal c’est de la structurer comme d’ailleurs nous l’avons fait en franco-allemand avec le traité de l’Élysée et de pouvoir aussi donner des perspectives nouvelles, acter des symboles, des formes de coopération peut-être nouvelles qui nous permettront d’aller plus loin. Pour ce faire, nous installons donc aujourd’hui un groupe de haut niveau de collaboration entre nos deux pays pour préparer ce travail avec l’objectif commun de pouvoir conclure ce traité lors du prochain sommet bilatéral en Italie, en 2018. Je pense que c’est une ambition que nous devons avoir pour cette année et qui est extrêmement importante."